Opinions

Méthode de travail : Faut-il brûler les codes ?

Derrière cette question iconoclaste, se cache l’interrogation du juriste à propos de la méthode adéquate à adopter pour débuter l’élaboration du droit profitable. Comment faut-il procéder ?

L’adaptation progressive des normes actuelles est-elle suffisante pour affronter l’urgence des défis posés par le changement climatique ?
Ou
Faut-il au contraire effacer les règles existantes et réécrire de nouvelles règles de rupture ?

A suivre certaines thèses récentes, l’urgence de la situation n’autorise plus l’adaptation progressive des règles issues d’un système économique et social en bout de course.

Lester Brown, chercheur au World Watch Institute de Washington et à l’Earth Policy Institute, dans sa dernière thèse parue récemment « Le Plan B », soutient avec brio et réalisme que l’humanité se trouve sur une « trajectoire d’effondrement », la même que celle qui a conduit d’anciennes civilisations à disparaître. Pourquoi ?

« Aucune économie aussi technologiquement avancée soit-elle, ne peut survivre à l’effondrement de l’écosystème sur lequel elle s’appuie ».

Cette affirmation laisse à penser que des règles de rupture sont les seules capables de mettre en place les principes d’un droit profitable.

Un « pacte planétaire » au sommet de la hiérarchie des normes, est-il une solution praticable ?

Autant de questions auxquelles vous êtes appelés à répondre spontanément sans retenue et avec l’énergie nouvelle du droit profitable.

Merci

Luc Depré

Lester Brown, le Plan B, pour un pacte écologique mondail, Calmant-Lévy, 2007